Trouver le bonheur en 10 points.

Un peu en avance pour le grand ménage de Printemps, et pourtant… Ca nous laissera le temps de nous organiser !

Nombreux sont les articles, les infographies, et autres images inspirantes, les défis de 30 jours etc pour « trouver le bonheur ». Aussi positives soient ils, je me retrouve facilement embrouillée par tous les conseils qu’ils proposent. Faire une cure Detox, faire un grand vide pour vivre « minimaliste », faire du sport tous les jours… Trouver le bonheur ne devrait pas être aussi compliqué, sinon à quoi bon?

 

jared-sluyter-342881-unsplash

Toutes les photos de cet articles ne m’appartiennent pas,
mais sont libres de droit.

L’appellation même de « trouver le bonheur » me perturbe. Comme s’il s’agissait d’un point d’arrivée, un but ultime. Et que se passera-t’il, une fois qu’on l’aura trouvé, en ayant « accompli » toutes ces tâches? Est-ce qu’il s’évaporera, parce toutes les cases auront été cochées?
Si tu ne vois toujours pas où je veux en venir, pense à un régime. Tu perds du poids, 1, 2, 5 ou 10kg parce que tu le veux. Mais si après ça, tu n’es toujours pas heureux, au final? Si ce n’était pas de perdre du poids qui t’importait, mais autre chose, que la perte de poids n’était en fait qu’un élément rassurant, comme un voile, vers ce qui te rendrait vraiment heureux? Et, si c’est vraiment ce qui te rends heureux, comment t’assurer que tu ne vas pas perdre ce bonheur, si tu reprends quelques centaines de grammes ?

Je ne pense donc pas qu’être heureux, ce soit un point d’arrivée. Je pense que c’est là la distinction entre le plaisir (une satisfaction à un désir), et le bonheur (une sensation qui t’accompagne, tout au long du chemin).

A cela, j’ai quelques pistes de réflexion qui me permettent, quand je ne suis pas dans ma meilleure forme, à me recentrer sur moi, ce qui me rend heureuse. Sur le moment présent, sans réfléchir à ce qu’il y a eu avant (et pourquoi je suis malheureuse), sans réfléchir à ce qu’il y aura demain (ce qui arrivera ou pas). Quelques questions pour faire le vide, m’apprécier, renforcer ma confiance en moi, et ressentir de la gratitude, et donc du bonheur.

alexandra-kirr-322679-unsplash

1- Se préparer au bonheur
Il peut venir de n’importe où. Que ce soit un sourire dans la rue, un appel à un proche, une carte postale reçue et inespérée, ou signer le contrat de ses rêves. Pour être heureux? Accepter d’être réceptif au bonheur, ouvrir les yeux. Certaines formules chocs peuvent être « vivre comme si aujourd’hui était le dernier ». Ah oui, tout de suite, même un trajet en métro devient source de bonheur. Ca peut être aussi de regarder autour de soi, de se savoir toute petite, noyée dans la foule, sachant que chaque personne a une vie aussi complexe que moi. D’admirer un lever de soleil alors que je suis dans le bus pour aller au travail, apprécier les minutes de trajet où j’écoute de la musique et me fais des scénarios. Rire entre collègues pendant la journée, envoyer un message d’amour à une pote, à ma mère, à mon chéri, à mon colocataire. Rentrer chez moi le soir, apprécier la chaleur de l’appartement, son odeur familière. Me glisser dans un pyjama confortable au possible, profiter d’un repas maison devant une série, m’endormir dans des draps qui sentent encore bon la lessive.
Ces derniers temps? Avec le temps dégagé qu’on a pu avoir, même en plein centre de Lille, il est possible de voir les étoiles. Me poser 5 minutes sur le balcon pour les observer est un des moments les plus heureux de ma journée.
Et si on s’autorisait des petits moments de bonheur au quotidien?

2- Trouver son trésor intérieur
Au lieu de me rabattre sur mes défauts, à vouloir les changer à coups de « ne pas faire » et « ne pas être », j’essaie plutôt d’identifier mes qualités. « Je suis douée en… J’aime faire…Je sais faire… Je suis… ». A force de se faire culpabiliser, de se flageller avec ce qui ne va pas en nous, on en oublie le positif. C’est bien plus facile de se reprocher mille et une choses que de se remercier pour dix. De plus, les reproches tomberont bien plus facilement que les compliments. Alors pour booster sa confiance en soi, est-ce qu’on ne pourrait pas se faire, nous-même, des compliments?
« Aujourd’hui j’ai été efficace… Aujourd’hui, j’ai agi de façon mature par rapport à … Je suis contente d’être… Telle personne m’a dit que j’étais…Et c’est vrai/Mais ce n’est pas vrai, je suis… ». Tu ne trouves aucune qualité que tu pourrais remercier ? Bullshit. Sinon, tu peux juste te féliciter d’avoir tes 5 sens intacts, de respirer normalement, d’avoir assez à manger, un toit au dessus de ta tête, des personnes que tu aimes et qui t’aiment, des amis… D’être en vie. Si tu lis cet article, c’est que tu as réussi à survivre à absolument tout jusqu’à ce point. Bien joué ! Ca vaut bien une petite tape dans le dos.

3- Faire le grand ménage
Parce que parfois, le bonheur tient aussi à désencombrer l’espace. Et je ne parle pas que du surplus, de l’inutile, de l’encombrant dans ta chambre ou dans ta maison. Parfois, se rendre heureux, ça passe aussi par couper toutes les habitudes, ou les gens qui te rendent malheureux.
Ca te pèse d’aller à la salle de sport, alors que tu préfèrerais mille fois passer une soirée chez toi/dessiner/aller voir des amis/au cinéma ? Alors pourquoi tu t’infliges ça?
Tu en as marre de ton travail, de ton boss, de tes collègues, se lever pour aller bosser chaque matin est un calvaire, tu comptes les minutes lorsque tu y es… Pourquoi ne pas chercher ailleurs ?
Ton ami est toujours négatif, tu ne peux pas compter sur lui alors que lui sait qu’il peut compter sur toi, tu as l’impression qu’il t’entraîne vers le bas malgré tes efforts ?

Comment penses-tu trouver le bonheur si tu ne lui donne pas la chance d’entrer dans ta vie?
Fais ce qu’il te plait. Bien sûr, il y a des obligations qui ne peuvent pas être mises de côté (moi aussi, je déteste les tâches administratives – mais quel soulagement lorsqu’elles sont finies !). Mais pour tout ce que tu peux contrôler, fais le sortir de ta vie ! Les « potes » négatifs, ton boulot qui ne te correspond plus/pas… Pour ajouter plus de rires, plus de passion à tes journées. Ca vaut quand même la peine de se poser 5min et d’y réfléchir : il y a tout à gagner !

alejandro-alvarez-150148-unsplash

4- Allumer le feu
Stagner c’est mourir. Si tu t’arrêtes tu meurs. Pas littéralement, mais si tu perds ta capacité à t’émerveiller, ta curiosité, ton envie de te dépasser… La vie semble bien fade, en tant que train train quotidien. Même dans ta routine pourtant, tu peux t’épanouir. Tout est question d’envie, d’impulsion, comme les petites étincelles à l’allumage d’un briquet. Si tu ne donnes pas l’élan, pas de feu. J’aime bien cette image. Encore plus que celle de « un pied devant l’autre », qui résonne comme une contrainte. Tu peux baisser la tête et fixer tes pieds, ou bien fixer l’horizon et avancer d’un pas décidé, c’est ton choix. Le mien est fait.

5- Wishlist
Se recentrer autour de ses rêves, s’autoriser à rêver, c’est une bonne façon de commencer. Et puis, avoir l’audace d’écrire ses rêves sur papiers, c’est déjà commencer à les prévoir, à les organiser. Entre aller liker des photos Instagram de voyage, et écrire dans son journal intime « j’ai envie de voyager », il y a un passage de « eux » à « moi » qui change tout dans ta tête. Ça passe du rêve, à un but, et à un possible accomplissement. Si ton rêve c’est d’aller sur la lune… J’ai pas de conseils, je m’y connais pas du tout : par contre, je peux te dire qu’il faut que tu changes de métier si t’es comptable.
Pas d’idées ? J’ai posté la mienne ici.

6- Positivité
Pourquoi se lever du mauvais pied en se répétant à tout va que je suis fatiguée, que j’ai pas envie d’y aller, qu’en plus c’est seulement mardi, que j’ai grossi, que rien ne me va dans cette armoire, que je n’ai rien à me mettre, que mon job est nul, que j’ai pas envie d’aller au sport… Alors que je pourrais me lever, me réjouir de la chaleur du lit, apprécier 5min de réveil tout doux, avant d’enfiler mon jean préféré et mon pull le plus confortable, en me disant que « ça va être une bonne journée »? Promis, cette différence d’attitude au réveil fait toute la différence au long de la journée. Je sen très clairement que me plaindre, en plus de pourrir la journée des autres, dévaste la mienne, mon humeur -10 000 au passage. Tourner ses phrases à la positive au lieu du négatif « tu ne devrais pas… » devient « tu pourrais »; ou « je n’aime pas… » devient « je préfère ». Des distinctions minimes, mais qui pèsent leur pesant de cacahuètes à la fin de la journée.

nolan-issac-38299-unsplash

7- Gratitude
Tous les soirs, tous les matins, pendant la journée… Au moins une fois par jour, je fais la liste des choses qui m’ont fait du bien, qui m’ont rendu heureuse aujourd’hui. Ca peut être « j’ai croisé un chien trop beau dans la rue », « j’ai mis ma jupe préférée », « j’ai passé une soirée tranquille chez moi en pyjama », « j’ai mangé avec des amis » ou « on m’a félicité pour mon travail ». Peu importe. Toutes les choses qui m’ont fait rêver, m’ont fait plaisir, tout ce qui a un peu illuminé ma journée.

8- Relations
Après avoir viré les relations toxiques, encore faut il entretenir les bonnes. Sacrifier un peu de son temps perso pour prendre des nouvelles, aller boire un verre avec eux, parler, échanger, même si ce n’est que l’histoire de quelques minutes via Messenger. Montrer qu’on est là pour eux, dans n’importe quelles circonstances. Et faire confiance. S’ouvrir aux autres, accepter d’être vulnérable, en amitié, en famille ou en amour. Si ces personnes là sont tes amis, pourquoi ne t’ouvres tu pas à 100%? Par la peur d’être jugé, d’être vu autrement ? Si c’est le cas, ce ne sont pas de vrais amis. Se confier et partager. Sinon, comment pourrais-je attendre d’eux qu’à leur tour, ils s’ouvrent à moi? La complicité ne s’achète pas, elle se gagne. Que puis-je faire pour rendre leur journée, leur semaine, leur mois meilleur ?

rob-bye-141864-unsplash

10 – Souvenirs
Je prend pas mal de temps dans une journée pour réfléchir. Rêver, imaginer, me poser des questions, et très souvent aussi pour me souvenir. Cette sensation de chaleur dans la poitrine lorsque tu repenses à un bon souvenir? J’y suis accro. D’où ma passion pour les photos. J’adore pouvoir me replonger dans le moment, redécouvrir les sons, les odeurs, les paysages que j’ai pu y voir; et en général ça se voit très facilement sur mon visage : je souris, je ris parfois toute seule – tout va bien, je ne suis pas folle.
Besoin de rien : juste de 2min toute seule et de ma tête. Et voilà, un petit moment de bonheur.

Bilan ? 10 petites choses que je fais au quotidien pour accepter, faire venir, et garder mon bonheur. Ces 10 conseils me permettent aussi de tenir, lorsque ça va un peu moins bien. Ce n’est pas difficile, ça ne demande pas de grands efforts.

T’es partant ? Tu fais quoi toi, pour faire venir/garder ton bonheur ?

Laura Rosaye

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s