Je me suis lancée dans le Zéro Déchet…

Toi aussi, t’aimes pas descendre les poubelles ? Toi aussi, tu aimes ta planète, tu essaies de faire attention à ne pas laisser la lumière allumée ? Tu es débutant mais tu as volonté de changer tes habitudes pour être plus écolo ? Tu veux gagner des sous au passage ?

Continue à lire, cet article est pour toi.

thomas-martinsen-105809-unsplash

Qu’est ce que c’est, le Zéro Déchet ?

Réduire nos déchets, optimiser leur usage, préserver la matière… Des gros mots. Mais en y pensant bien, tu vois tout le plastique que tu jettes en une semaine ? Le sac où t’as pesé tes bananes, les potes de yaourts (et leurs opercules), la barquette de tomates, le film alimentaire, le sachet de salade… Au final, même si c’est fin, ça prend de la place. Et le pire, c’est qu’on paie pour ça !
Le Zéro Déchet, c’est dire non aux déchets inutiles. A bas le plastique ! Consommer plus responsable pour la planète, les animaux (vous avez tous vu passer la photo de la tortue, qui a une paille dans le nez…ça pourrait être rigolo dans un dessin animé, mais elle, elle souffre le martyr), mais aussi pour nous et notre porte-monnaie.

neonbrand-441844-unsplash

Le Zéro Déchet, c’est compliqué, ça prend du temps…

La première réaction, lorsque tu veux te lancer dans le zéro déchet, tu vas rechercher des infos. Et là, tu tombes sur la fameuse image du bocal en verre « voici mes déchets pendant un an! ». Et ça démotive. Passer de deux sacs poubelles 30L + deux sacs de tri par semaine… à un petit bocal de verre par an ? Ça semble impossible. Ca l’est, mais pas tout de suite. Le plus important, c’est de se lancer.

La première étape ? La prise de conscience. Pour moi, c’était une démarche de désencombrement. Faire le vide dans ma tête, dans mes placards, dans ma salle de bain (en sélectionnant avec soins des shampoings naturels, non testés sur les animaux par exemple… vous avez vu les articles, si non, je vous invite à aller les lire!). Quand l’étape « cuisine » est arrivée, pile après l’étape cosmétique et ménage, je ne savais pas trop par où commencer, mais la poubelle était au centre de l’attention. Ça pue, ça prend de la place, j’aime pas les descendre et mon coloc non plus… pour résumer, ça prenait pas mal de place dans l’entrée. En commençant à me renseigner sur le zéro déchet, j’ai commencé à voir ma poubelle d’un autre oeil. C’est vrai que c’est dingue comme elle se remplit vite, et tout ce que je mets dedans ! C’était le déclic.

Malheureusement, quand tu commences à vouloir réduire tes déchets, les problèmes (les déchets) semblent venir de partout. Les étiquettes sur les vêtements, les bidons d’adoucissant pour la machine à laver, l’alimentaire, les gels douches vides, les sacs de course (et le fameux « sac à sacs »)… AH, mais ça s’arrête quand !?

L’astuce, c’est d’y aller petit à petit, pas d’un gros coup (à moins que tu fasses un emménagement et que tu sois à l’étape « remplissage du frigo, des produits ménagers etc »). Le temps de finir les produits que tu as encore, avant de les remplacer par des produits plus soucieux de l’environnement, moins emballés. Le pièce par pièce, ça peut également aider à y voir plus clair !

neonbrand-394691-unsplash

En pratique, au quotidien.

Les emballages

Le premier geste du zéro déchet, c’est de refuser les emballages. Sauf que, sans ton sachet plastique, comment tu transporte tes pommes depuis Carrefour ? La bonne nouvelle, c’est que c’est possible, et que tu vas pouvoir éviter Carrefour en heure de pointe; la mauvaise, c’est que tu vas devoir éviter Carrefour tout court.
Les emballages en verre, en tissu, vont devenir tes meilleurs amis. Si tu es abonné à une box beauté, tu as sûrement la chance d’en avoir plein dans tes tiroirs. Sinon, ça s’achète (ou si t’es à fond, avec du tissu et un nécessaire à couture ou une machine à coudre, c’est fait très rapidement).

Finalement, les tupperwares !
Des exemples ? Un sac en tissu pour aller chercher ta baguette (et éviter l’emballage en papier-plastique), un sac en tissu pour mettre tes tomates, un bocal en verre pour ton café/farine/sucre/pâtes (et en plus c’est super esthétique). Dans la salle de bain, tout pareil. Tu peux remplacer tes cotons démaquillants par des cotons en tissu (un coup à la machine à laver et c’est bon), des serviettes hygiéniques lavables ou des cup pour la semaine du mois qui va pas…

L’investissement au départ est assez rapidement rentabilisé. Prenons l’exemple de serviettes hygiéniques. La boite de 16 serviettes est environ à 3€.  En imaginant que tu en utilises deux boites par mois, ça fait 6€ par mois (sans d’autres protections). Une serviette lavable est à 15€ à l’achat (j’ai pris le prix de DansMaCulotte, big up), pour un cycle de 200 lavages. Ta serviette lavable te revient, à chaque utilisation, à 0,075€ à l’utilisation, contre 0,18€ pour une serviette jetable. Donc a) Tu gagnes des sous; et b) Tu évites tous les composants chimiques utilisés pour blanchir le papier etc à ta pépette et c) Tu évites les déchets inutiles.
Dans le même genre, si tu es plus tampons, les cup en silicone sont encore plus économiques : 18€ à l’achat, ça dure 5 ans, et au lieu de la jeter à chaque fois qu’elle est « pleine », tu la vides et la rince. Et hop, c’est reparti ! Si on calcule 7 jours de règles par mois, ça fait 84 jours par an, 420 jours de règles pour 5 ans (durée de vie d’une cup). La boite de 16 tampons est à environ 3€, ça te fait du 0,18€ par tampon; la cup de 18€ pour 420 jours est à 0,04€. Ça vaut le coup (et c’est bien plus pratique pour aller la changer discretos sans devoir traverser tout l’étage au boulot avec ton tampon emballé dans la main).

Les alternatives

Une fois que tu as remplacé tes emballages, la question reste « où est-ce que je vais pouvoir faire mes courses avec mon tupperware ou mes pochons en tissu? ». La réponse est : pas chez Carrefour. Tu vas pouvoir user et abuser de créativité. Sur Lille (mais c’est très facilement trouvable pour les autres villes, dans des pages facebook, sur google, sur Instagram…), voici plusieurs adresses qui vont te faciliter la vie.

  • Day by Day
    LE magasin Vrac de Lille ! Tu achètes ici tout ce qui n’est pas frais : céréales, farine, lentilles, riz, pâtes…Mais aussi thé, café, épices, et produits ménagers ! Le topo ? Tu viens avec tes contenants, tu les pèses, tu les remplis, et tu paies (bah oui). Tu n’as pas de contenants ? Il y en a sur place, donnés gratuitement ! Et inversement, si tu en as trop, tu peux en déposer.
    Les prix sont abordables, il y a du bio et du pas bio. De l’argile blanche ou verte pour tes produits cosmétiques, du café en grain (qu’Alice et Olivier, de la boutique, peuvent moudre sur place), des savons, du dentifrice solide, des brosses à dents en bois (ça t’évite de jeter du plastique tous les mois, le bois se recycle bien mieux que le plastique)… C’est vraiment très complet ! Seule mention pour les articles ménagers : il faut acheter le bidon spécifique pour la première fois (pour éviter de mélanger des produits), et après tu ramènes le bidon en question, et roule ma poule ! Tu es nouveau dans le Zéro Déchet ? Alice et Olivier t’expliqueront tout avec un grand sourire.
  • Le marché de Wazemmes
    Dimanche matin, prendre le temps de faire ses courses et à manger pour la semaine… Quoi de mieux que de passer au marché ? Si tu as besoin d’un sachet pour peser tes tomates, tu n’es pas obligé de le fermer, pour ensuite ne prendre que les légumes ou fruits. Sachant qu’en plus, ces sacs sont super fragiles, en général c’est impossible à réutiliser et ils finissent direct à la poubelle…
    De même, les commerçants du marché couvert acceptent très facilement les tupperware ! Fromage, beurre, oeufs (tu peux arriver avec ta boite à oeufs), pain… Et le beurre local que tu achètes à la crèmerie, c’est quand même autre chose que le premier prix Carrefour (je n’ai vraiment rien contre Carrefour, c’est juste mes habitudes personnelles, et ceux qui connaissent l’heure de pointe du Carrefour Euralille partagent ma peine…).
  • Le court circuit
    Manger local, pas cher, livré en ville à un point de rendez-vous, tu paies en ligne et tu viens juste chercher les articles avec ton cabas ! Du frais et du pas frais, des légumes, des fruits, des oeufs, du café… Le tout livré à côté de chez toi. Le site qui a tout bon !
  • Le tiroir aux essences
    Des huiles essentielles, des huiles végétales, de l’aromathérapie, des essences ayurvédiques… Un Aroma-Zone en plein centre de Lille rue Pierre Mauroy !
  • Mademoiselle Biloba
    Des cosmétiques bio, vegan, slow-cosmétiques, et des ateliers pour faire-maison, c’est chez Mademoiselle Biloba ! On y retrouve plein de marques tendance comme Lamazuna, Centifolia, Waam… C’est un magasin incontournable du Vieux-Lille !
  • Lush
    Des sachets en papier (que tu peux ne pas prendre, tu n’auras juste pas le nom du produit et les ingrédients, mais ça se retrouve en ligne) ou des contenants en plastique (au bout de 5, tu les ramène en magasin et tu as un masque gratuit! Sinon, pour aller acheter les épices en vrac c’est bien pratique), des produits faits main et naturels, mais pas bio ! Ça sent bon, les savons et shampoings/après-shampoings solides ne sont pas trop chers… Ça vaut le coup !

daria-shevtsova-426317-unsplash

Le compost : le pas que je ne passerai pas (tout de suite)

Ne pas acheter de plastique, recycler, opter pour du seconde main… Le Zéro Déchet passe aussi par le compost. Cependant, aujourd’hui en appartement, en colocation, avec un éventuel déménagement bientôt… Je ne composte pas encore. C’est vrai que je pourrais déjà commencer à composter sur mon balcon, mais sachant qu’il ne me reste peut-être que trois mois sur Lille, je préfère continuer sur ma lancée de l’achat responsable, pour ensuite me consacrer au compost.

lauren-mancke-63448-unsplash

Faire soi-même !

Finalement, faire soi-même est TRES satisfaisant, et fonctionne parfois mieux qu’en achetant les produits déjà prêts. Voici quelques recettes (merci Léa pour les recettes de produits ménagers !), tu vas voir qu’avec quelques ingrédients, tout est facile, et surtout TRES rentable.

Liquide de rinçage de lave-vaisselle : vinaigre blanc.

Savon machine à laver : 
– Savon de Marseille en paillettes directement dans le tambour (lavages >30°C) + 2 càs de bicarbonate de soude
– Diluer 200g savon de Marseille dans 2L d’eau, garder le liquide obtenu dans un contenant

Adoucissant machine à laver: 1/3 de vinaigre blanc pour 2/3 d’eau + huiles essentielles au choix (et non, le linge ne sent pas le vinaigre blanc à la sortie)

Détachant : bicarbonate de soude à laisser poser sur la tâche, avant de mettre le vêtement dans la machine à laver.

Nettoyant multi-surfaces : faire macérer plusieurs semaines du vinaigre blanc avec des pelures d’agrumes, mettre le tout dans un contenant « spray » et vaporiser directement sur la surface (éviter le bois).

Nettoyant vitres : vinaigre blanc !

Détartrant : vinaigre blanc chauffé (cafetières, bouilloires, salle de bain…). Si c’est vraiment très encrassé (ça a très bien fonctionné pour une plaque de four qui était jusqu’alors irrécupérable), du vinaigre blanc chauffé + du bicarbonate (ne pas mettre le bicarbonate dans le vinaigre, mais directement sur l’éponge… sinon c’est soirée mousse !) et de l’huile de coude !!

Tâches de café, de thé : une rondelle de citron, et on frotte !

Déboucheur d’évier : vinaigre blanc + marc de café ou bicarbonate de soude.

Dentifrice : argile blanche + bicarbonate de soude + éventuellement quelques gouttes d’huile essentielle de menthe. Tu peux ajouter un peu de charbon actif en poudre, ça va aider au blanchiment des dents.

Bain de bouche blanchiment des dents : 2 càs d’huile de coco + 1 càc de charbon actif en poudre + 1 goutte d’HE de menthe

113508004_o

Bref… ça fait déjà pas mal !
Tu veux te renseigner là-dessus, lire tous les chiffres que je n’ai pas notés ici ? Le livre « Famille Zéro Déchet – Ze guide » est une bible !! Tous les chiffres en veux-tu en voilà, des anecdotes, un guide de course, des astuces, des recettes… C’est vraiment chouette (il y a un livre spécial enfants, et leur site internet est top aussi).

En tant que consommateurs, notre achat a du poids ! Il ne s’agit pas que d’éteindre la lumière en sortant d’une pièce, nous pouvons faire bien plus !

Laura Rosaye

Publicités